Best Guide Maroc,meilleur guide de tourisme et de voyage au Maroc.

la problématique de l'échec scolaire au Maroc

la problématique de l'échec scolaire au Maroc

L'enfant a ceci d'extraordinaire : il est vrai. Il n'est pas figé, et accepte docilement de changer pour peu que vous l'aimiez, que vous le respectiez et surtout que vous sachiez écouter son génie.

Cela ne fait pas pour autant de l'enfant un saint, car, lui aussi est sujet à l'inconscient. Mais à la différence de l'adulte, l'enfant n’est pour rien dans le malaise qu'il vit.

Depuis que je m’intéresse à la problématique de l'échec scolaire, je suis surpris par la rapidité avec laquelle l'enfant réapprend toujours à le surmonter et à réussir la délicate et délicieuse tâche de l’apprentissage et du savoir.

Dans cette article, je vais m'atteler à repositionner autrement le problème de l'échec scolaire. Je ne propose ni une solution miracle, ni des recettes toutes faites, mais une invitation à m'accompagner sur le cheminement qui est le mien, celui que m'ont indiqué les enfants et les jeunes que j'ai eu le plaisir d'accompagner pour retrouver avec eux le goût de la joie et de la réussite scolaire.

Maîtriser l'organisation systémique

Beaucoup de monde parle de l'enseignement que ce soit au Maroc ou ailleurs, et chacun y va de sa verve pour remettre en cause ou glorifier telle ou telle méthode. Les réformes se suivent et ne se ressemblent pas mais le résultat est toujours le même : une baisse globale du rendement scolaire !

Par ailleurs certains établissements de l'enseignement privé se targuent d'avoir résolu le problème! Peut- être, mais à quel prix ? Et pour quelle élite ? !

D’autre part, l'école publique, croule aujourd’hui sous le flot grandissant des élèves, tandis que les orientations politiques espèrent ainsi montrer au monde que le pauvre et l'orphelin disposent d'un banc et d'un cahier, au sein de ses établissements...

Les enseignants quant à eux, s'ingénient à tout faire, pourvu que leurs élèves obtiennent la moyenne seul argument valable pour faire taire la direction et les familles.

Mais où est donc le savoir dans tout cela?

Devant un tel chaos, on fait alors appel aux spécialistes, aux pédagogues, aux psychologues...

Pour ma part je crois qu'il faut d'une part, situer les choses conformément à leur origine, et d'autre part oser montrer et expliquer les référentiels mis en œuvre derrière chaque approche pédagogique.

L'école marocaine applique-t-elle une pédagogie systémique?

Personnellement j’estime que si.

Les spécialistes de l'éducation nationale marocaine vous diront que la pédagogie utilisée a pour objectif de : « mettre l'apprenant dans une situation-problème, et lui permettre d'apprendre des savoirs et des compétences ».

Voyez-vous donc ce qu’est un langage pédant ?!

C'est cela qui empoisonne l'école et l'enseignement au Maroc !

Pourquoi n'osons nous pas appeler les choses par leur nom tout simplement?

La méthode systémique est à l'origine de grandes avancées, elle a permis entre autres de créer des méthodes d'analyses comme merise et UML, qui sont le fer de lance de l'ingénierie et du génie logiciel entre autres... La méthodologie systémique permet de mettre en évidence les relations entre entités.

La question que pose toujours les élèves quand on révise avec eux, le Français, les mathématiques, l'Arabe etc... c'est : « Je ne vois pas le rapport qu'il y a entre ça et ça? ».

Du complexe au compliqué

Si je souhaite énoncer clairement les choses, c'est pour permettre de libérer l'esprit de l'enseignant d'une part et de l'apprenant d'autre part. Savez vous qu'il est strictement interdit de parler dans le manuel scolaire marocain de courants politiques, et de courants philosophiques?! Avant de vous répondre, je vais vous surprendre par une autre information : « Conduire un véhicule au Maroc sous l'emprise de l'alcool n'est pas puni par la loi! Ça  ne le sera que bientôt, heureusement... ».

Vous commencer à avoir une petite idée de la réponse n'est ce pas ?

Car au Maroc, la religion d'état c'est l'Islam, et bien entendu dans un pays musulman il ne peut y avoir de lois qui interdisent l'alcool au volant, du fait que l'alcool est strictement interdit par l'Islam.

En psychanalyse nous avons une formule qui dit : « la théorie n'empêche pas d'exister ».

Autrement dit : entre la loi et la réalité il y a beaucoup à faire.

Qu'est ce qui nous manque pour réduire ce creuset? Le courage.

Nous avons besoin de femmes et d'hommes courageux, qui disent les choses autrement et qui osent affirmer des choix.

Pour ma part, il n'y a aucune contradiction entre le fait que je sois un arabe, musulman et que mes outils soient systémiques ou autres.

Malheureusement, si je peux affirmer cela à mon niveau personnel, en va-t-il de même au niveau d'un pays qui doit jongler entre son appartenance régionale et internationale et toutes ses tendances culturelles et politiques ?

Si je vise à énoncer clairement le référentiel théorique mis en œuvre au sein de notre école nationale, ce n'est pas pour le faire enseigner comme une nouvelle matière. Mais pour le mettre en application par des outils informatiques qui puissent le rendre visualisable.

Quand on veut expliquer la théorie de l'évolution à un enfant, il suffit de lui montrer l'arbre généalogique des espèces, sans pour autant être d'accord avec tout le contenu de la théorie de l'évolution. Ce n'est pas parce qu'une partie d'une théorie contredit mes croyances que je dois la rejeter tout en bloc.

Il en va de même pour le Français, les mathématiques, l'Arabe etc...

L'arbre relationnel des notions

  1. Si on montre à un enfant ce qu'il va apprendre à l'avance sur une base de données ou une feuille d'un tableur dynamique

  2. Si on lui montre la relation qu'il y a entre chaque notion

  3. Si on lui indique le niveau de difficulté de chaque notion à l'avance

  4. Si on lui indique les différents types d'une séance de travail à l'école et leurs rôles

    1. Cours magistrale

    2. Travaux dirigés (TD)

    3. Travaux pratiques (TP)

    4. Exercices de contrôle

    5. Exercices de validation (comportant une note de référence fonction du degré de difficulté de la notion

    6. Examens

  5. Si on organise les séances comme un processus qui obéit à un algorithme :

    1. début : cours magistrale

    2. Travail dirigé (TD1) réalisé par le professeur,

    3. Travail pratique (TP1, TP2... Tpn) réalisé par l'apprenant

    4. Exercices de contrôle,

      • Si la note est supérieure ou égale à la note de référence, la notion estvalidée

      • Si la note inférieure à la note de référence, on programme d'autres TD et TP dans la limite de 2 TD et 3 TP

      • Si la note est toujours inférieure, on programme des séances de soutien ciblé à la dite notion et on les étend aux pré-requis.

      • on programme de nouveaux exercices de validation,

      • Si la note est toujours inférieure, on signale ce profil à la direction du suivi scolaire pour analyse. Fin:/.

  6. Si ensuite on enregistre les notes dans notre base de données, ou sur une feuille d'un tableur dynamique (suivi de l'apprentissage) et que la moyenne est comparée à une note-repère (qui reflète le niveau de la difficulté réelle de la notion)

  7. Selon la moyenne obtenue, le système (base de donnée ou tableur dynamique) va générer un avis : notion maitrisée, notion moyennement maitrisée, notion faiblement maitrisée.

  8. Si des ateliers de soutien ciblé sont mis en œuvre, pour traiter les dites notions

  9. Si des bases de données de gestion « des séances de soutien scolaire » sont mis en œuvre

  10. Si des courbes sont éditées en temps réel pour montrer le profil scolaire d'un élève, où ses progrès sont comparés à une courbe référentielle

Alors, le suivi scolaire qui est complexe ne serait plus compliqué. Vous allez vous demander à qui reviendra tout ce travail d’application. Ce ne sont certainement, ni les enseignants, ni les assistants qui voudront le faire et pour cause : la saturation est à son comble. Il faut imaginer des solutions.

Je connais beaucoup d'enseignants qui gagnent beaucoup d'argent dans le domaine du soutien et qui savent mettre en pratique tout ce que je viens d'étayer, mais sans l'énoncer clairement à leurs élèves. On les appelle dans le milieu : « les profs à séries... » par séries on entends séries d'exercices...

Malheureusement au lieu de développer le génie chez l'enfant, ce type de méthodes abrutit son esprit et l'use à long terme... Mais personne ne se soucie de la santé psychique de nos enfants, il n'y a que les notes qui comptent.

la gestion du contenu doit être séparée de l'acte d'apprendre

L'enfant apprend au début par son intelligence émotionnelle, dés 2 ans il aime les couleurs, les formes, les textures, les sonorités... Ensuite le lien qu'il va développer en maternelle avec sa maitresse lui fera apprendre plus de mots et d'opérations. Mais dés 9-10 ans l'enfant doit être initié à l'intelligence logique, qui devra être mise en œuvre par des méthodes d'organisations simples et visuelles. Nos enfants savent tous, manipuler brillamment une console de jeux, une télécommande et un ordinateur. Mais au lieu d'exploiter ce grand potentiel, on leurs apprend à l'école comment utiliser Word et Excel et faire des dessins... C'est comme faire tirer un avion supersonique par des ânes pour aller faire ses courses dans un souk.

Pour maitriser son jeu, le jongleur suit ses balles des yeux au début, ce n'est qu'après répétitions qu'il se met à regarder le public en jouant.

L'enfant aussi a besoin d'une vue globale, une vue aérienne, car il aime anticiper et savoir à quoi il aura à faire.

Nos vies d'adultes sont structurées par les bilans prévisionnels ?, il en va de même pour nos enfants. L'angoisse d'attendre tue le plaisir, qui est nécessaire pour bien faire les choses.

La thérapie de l'échec scolaire doit s'attaquer d'abord à l'objet avant de s'intéresser au sujet

Vous l'avez certainement remarqué, dans cet article je n'ai aucunement parlé des affects psychiques qui perturbent l'apprentissage chez l'enfant. Car je crois pour ma part que ce travail doit se faire sous silence. Il ne faut pas tout de suite crier au loup, et mettre des noms de pathologies sur tel ou tel problème. Car bien souvent, cela déplace le problème. Mon expérience avec les enfants en difficulté scolaire m'a appris une chose : quand vous structurer l'objet du savoir, peut importe que l'enfant soit malade ou pas, les résultats sont au rendez vous. Avec moins d'endurance chez l'enfant ayant un affect psychologique.

Stabiliser son esprit

Il faut aider l'enfant à contenir la masse d'informations qui le submerge, pour ce faire nous devons le faire pour lui et avec lui. Dans un état d'esprit de modestie et de simplicité, car l'enfant n'aime pas être pris de haut, il est jeune certes mais il est tout aussi majestueux par l'étendu et la richesse de son esprit. Pour amener l'enfant à cet état il faut l'initier très tôt à stabiliser son esprit. Vous avez tous en mémoire la position du lotus dans le yoga, sachez qu'au niveau du psychique il en est de même. Un psychique assis et serein ne suit pas le même cours qu'un psychique debout et agité.

La stabilisation du psychique passe par le corps mais pas uniquement. Faire assoir un enfant en lui demandant de croiser les bras et les jambes permet d'atteindre quelques degrés (relativement faible) de cette stabilisation, mais il y a une autre voie majestueuse par rapport à celle là : la passion.

Si vous êtes désirant, si vous savez communiquer votre désir à l'enfant, si vous êtes passionné par votre métier, si vous êtes structuré dans l'énoncé de votre place et fonction, si vous savez patienter devant l'échec, si vous savez renouveler votre savoir, si vous aimez transmettre ce que vous savez, si vous savez écrire ce que vous savez, alors vous parviendrez à stabiliser l'esprit de votre enfant...


Les Avis :

Translate website
Publicité fidi wastafidi magazine feminine pour la sant et la beaut pour la femme marocaine
Identifiez-vous !
Recherche Avancée

S'inscrire à notre Newsletter
Vidéo Maroc
Nuage de tags
Coup de coeur
Derniers produits ajoutés
Publier votre annonce